Majestueuse Patagonie Chilienne

Mercredi 14 décembre / Jour 66 : El Bolson, Argentine > Île Chiloe, Chili – 10h de bus

Deux jours auront fallu pour nous remettre totalement des émotions du dernier trekking. D’ailleurs, si vous n’avez pas pris le temps de lire le dernier article à ce sujet, allez au moins y jeter un coup d’œil pour les photos, ça vaut le détour 😉

Il est temps pour nous d’aller visiter la Patagonie de l’autre côté de la frontière, au Chili.

L’itinéraire a été un vrai casse-tête. Étant donné qu’il n’existe que très peu d’endroits pour franchir la frontière chilienne, nous sommes malheureusement contraints de revenir sur nos pas. Nous ferons donc un U à l’envers en remontant jusqu’à Villa la Angostura avant de reprendre la direction inverse, côté Chili, jusqu’à l’île Chiloé. Et oui, la Cordillère des Andes c’est bien beau mais quand il s’agit de circuler, c’est tout de suite moins sympa.
Bref, nous arrivons à Ancud, la ville la plus au nord de l’Île Chiloé, après 10 heures de bus. Cette fois-ci, nous privilégions le bus à l’auto-stop pour une question de timing. Nous devons être à Ushuaia le 30 décembre, donc plus de temps à perdre à lever le pouce !

Jeudi 15 décembre / Jour 67 : Ancud

On dit que l’île ressemble à l’Irlande, tant en matière de paysage que de météo. Ça tombe bien, Marc y a vécu 2 ans. Allons voir ça de plus près.

Bon il semblerait que nous soyons gâtés car nous passons notre première journée sous un grand ciel bleu. Tant mieux, nous apprécions d’autant plus la vivacité de ces maisons multicolores et bateaux de pêcheurs en bois. Rouge, jaune, vert, bleu, il y en a pour tous les goûts.

Vendredi 16 décembre / Jour 68 : Ancud > Castro – 1h30 de bus

En arrivant à Castro, deuxième ville touristique de l’île, nous sommes accueillis par le gérant de l’auberge. Très gentil malgré sa volonté de tout contrôler : « Pourquoi vous n’allez pas là ? Pourquoi vous faîtes ça ?  » et pourquoi tu ne t’occupes pas de tes affaires toi par exemple ! Si il y a bien quelque chose que nous n’aimons pas, c’est l’intrusion et ce n’est malheureusement pas la première fois que nous en ferons l’expérience. Mais bon ne faisons pas de généralité hein ! Après tout, nous avons aussi rencontré d’adorables chiliens.

Pour en revenir à la ville, nous l’avons beaucoup appréciée. L’île Chiloé est réputée pour ses nombreuses églises en bois, ses maisons colorées sur pilotis, les palafitos, mais aussi pour sa laine chilote. Castro résume bien tout ça. En effet, l’église San Francisco rayonne sur toute la ville et nous sommes sous le charme de ces maisons sur pilotis. Aussi, nous nous empressons d’acheter nos premiers bonnets en laine chilote, de quoi se fondre dans la masse, enfin surtout Solène, vous ne trouvez pas ? #bonnesjoues

Nous profitons de l’emplacement de la ville pour faire un tour du coté de l’île Quinchao, non pas pour faire la célèbre route des églises, non non, mais pour aller déguster des huîtres à Curaco de Vélez. Quoi? La gastronomie locale fait aussi partie de la culture ! 😀

C’était loin de se douter qu’une surprise nous attendait. C’est en sortant du bus, pour profiter d’un peu d’air frais sur le ferry que nos poils se sont hérissés : un banc de dauphins à 2 mètres de nous!! Encore une fois, merci aux nouveaux yeux sniper de Marc qui ont fait mouche ! Bon, au même titre que la queue de baleine au large de la Péninsule Valdès, nous n’avons pas de photo à l’appui, mais vous nous croyez j’espère ? En tout cas, nous sommes encore une fois sous le charme de cette petite île de pêcheurs.

Samedi 17 Décembre / Jour 69 : Castro > Quellon – 1h30 de bus

On ne s’attardera pas sur cette journée : déluge digne d’une tempête bien irlandaise pour le coup, ville de Quellon assez morose, hôtel miteux et sœur de Solène qui fêtait ses 30 ans ce jour là, sans elle. Bref, nous appellerons cette journée la journée du cafard…

Dimanche 18 décembre / Jour 70 : Quellon > Puerto Chacabuco > Puerto Aysen – 30h de bateau + 20 min de bus

C’est avec presque deux heures de retard que notre bateau, amarré dans le port de Quellon, sur la pointe sud de l’île, démarre enfin direction Puerto Chacabuco. Voici une liste rapide des activités que l’on a trouvées à faire pendant ces 30 heures :

  • regarder le paysage et ces fjords de la patagonie chilienne que nous traversions sous un ciel pour la plupart du temps gris ou pluvieux.
  • prendre des médicaments contre les nausées tant le bateau tanguait sous la houle endiablée !
  • regarder des films (déjà vus presque 50 fois)
  • regarder les feux de l’amour en espagnol (true story)
  • regarder la saison 5 de Friends – ATTENTION SPOILER – (mais un peu chiant car Ross et Rachel ne sont plus ensembles..)
  • nous dire que ça aurait été sympa aussi d’être avec la famille pendant les fêtes de Noël…
  • et enfin, subir et re-subir les cries des 3000 enfants à bord…! Oui 3000 c’est sûr.

30 heures de bateau, c’est long, très long ! Mais heureusement qu’une belle rencontre nous a fait passer le temps. Un autre couple de français : Tristan et Lilithe, des habitués de voyages qui visitent l’Argentine et le Chili depuis plusieurs semaines. Imaginez la tête qu’on a faite quand ils nous ont dit qu’ils n’avaient pas de téléphone et qu’ils ne communiquaient avec leurs proches que très rarement par mail, si cybercafé ils trouvaient. Des courageux on vous dit !

Il est 22h30 quand nous arrivons à Puerto Chacabuco. Le scénario s’annonce très excitant : la nuit est tombée et des trombes d’eau s’abattent sur nous. Au top. Sans oublier la cerise sur la gâteau : nous ne savons pas encore où passer la nuit. Et après une nuit dans le bateau, à se demander si les pâtes que nous avons mangées la veille ne vont pas revenir à la case départ, nous rêvons d’un bon lit et d’une douche bien chaude ! Mais il faut d’abord se rendre à quelques km de là pour avoir un peu plus de chances de trouver. Vous sentez le flash anecdote arriver, n’est-ce pas ?

C’est donc parti pour 20 min de bus, toujours accompagnés de Lilithe et Tristan. Grâce au satellite de l’iphone, Marc avait repéré une auberge dans le centre. Le bus nous dépose, on fonce, trempés jusqu’aux os, avec nos gros sacs à dos. Mais impossible de la trouver ! Google Map n’a pas été notre ami sur ce coup là. On se réfugie sous un abri pour réfléchir à un plan B. Pas un chat dans les rues, sauf ces deux chiliens à la sortie d’un bar qui nous indiquent où se trouve l’auberge, soit disant deux blocks plus loin. Malgré leur haleine de whisky/clope, on y croit et Marc se sacrifie pour partir en éclaireur. Inutile d’y aller à quatre si c’est pour finalement rebrousser chemin. Mouais, ça c’est le discours de Marc. Le discours de Solène, c’était plutôt : « on ne se sépare jamais quoi qu’il arrive !! » Donc autant vous dire qu’on pouvait lire la panique sur son visage. Le chemin indiqué par nos deux amis chiliens s’avère complètement faux. Marc se retrouve au milieu de nul part. Il fait demi-tour, et entre dans un bar pour siroter une petite pinte, euh demander de l’aide. Bingo, l’auberge en question existe bien et se trouve quatre blocks plus loin ! Un sprint plus tard et c’est le soulagement :  » oui, on a de la place ». Une courte mais bonne nuit nous attend enfin. Mais d’abord quelques petites minutes de connexion sur les réseaux sociaux en guise de récompense. Et quelle récompense ! les Petits Frenchies ont partagé une de nos vidéos sur leur page facebook : presque 35 000 vues ! Regardez :

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FLesPetitsFrenchies%2Fvideos%2F1540641032630310%2F&show_text=1&width=560

Si vous ne connaissez pas les Petits Frenchies, nous vous invitons à cliquer ici pour en savoir plus.

Mardi 20 décembre / Jour 72 : Puerto Aysen > Puerto Rio Tranquilo – 6h de bus

4h plus tard, le réveil sonne. Aie. Pas le choix : si nous voulons rapidement atteindre les coins paradisiaques de la Patagonie chilienne, c’est un réveil aux aurores qui nous attend.

Et oui, il n’y a malheureusement qu’un bus par jour qui peut nous emmener jusqu’à Puerto Rio Tranquilo où de célèbres excursions nous attendent avant de fêter Noël.

Un premier bus d’une heure nous emmène à Coyhaique, là où nous devrons nous empresser de prendre l’unique bus de 9h30 pour Puerto Rio Tranquilo. Experts en transport que nous sommes, nous avons pris le bus de 8h au départ de Coyhaique – « Oh 30 minutes suffiront largement à ne pas louper l’autre bus » – Erreur !

Flash Anecdote : nous arrivons à 9h15 à Coyhaique. Il y a précisément 6 blocks à faire selon le conducteur de bus pour atteindre l’arrêt de notre prochain bus. Ok, c’est le rush absolu ! On court. On court. La maladie d’amour. Non plus sérieusement, le chemin indiqué n’est pas du tout le bon. Nous demandons notre route en yaourt espagnol à un chilien quand il est 9h26. Il nous explique qu’il faut rebrousser chemin. Panique à bord. Solene arrête un taxi qui nous emmène en 3 minutes. Arrivée 9h29 pour un bus qui décolle à 9h30, qui dit mieux ?

Il s’avère que la cinquième et dernière heure de bus est la plus intéressante : on longe le lac General Carrera, soit le deuxième plus grand lac d’Amérique du sud derrière le lac Titicaca. On en prend plein la vue. La couleur turquoise du lac contraste avec le ciel gris. La lumière change à chaque fois qu’un rayon de soleil se fraye un chemin parmi tous ces nuages. C’est l’heure du shooting photo.

Une fois à destination et à peine sortis du bus, nous nous faisons alpaguer par chaque représentant d’agences d’excursions de la ville. Il faut dire que c’est tellement petit et si connu pour ses activités touristiques que la concurrence est rude. Mais encore une fois, nous n’aimons pas nous faire sauter dessus. De toute façon nous avions noté le nom d’une agence conseillée par d’autres bloggers. Et nous avons bien fait de s’y fier car nous avons eu un très bon feeling avec celle-ci. Il s’agit de l’agence El Puesto.

Au programme donc pour les prochains jours, ce pourquoi la ville est si réputée :

  • Kayak dans les célèbres Grottes de Marbre ou Capillas de Marmol
  • Découverte du glacier Las Exploradores du Parque Nacional San Rafael : un trekking d’une journée sur le glacier

Mercredi 21 Décembre / Jour 73 : Kayak dans les Grottes de Marbres

C’est seuls en compagnie de notre guide Diego que nous partons à la première heure pagayer sur le lac General Carrera pendant trois heures à la découverte des grottes de Marbre. Hermoso! La plupart des touristes font l’excursion en bateau jusqu’aux grottes mais ne peuvent pas s’en approcher d’aussi près. L’avantage du kayak est de pouvoir se faufiler à l’intérieur des grottes pour admirer ces magnifiques camaïeux de bleu turquoise. Un réel plaisir pour les yeux mais pas que! En Kayak, tu peux aussi t’approcher des cotes montagneuses là où aucune route n’y accède et écouter ou voir des animaux sauvages. Un pure régale.

Jeudi 22 Décembre / Jour 74 : Le glacier Las Exploradores, Parque Nacional San Rafael

C’est à la première heure encore que nous partons excités comme jamais avec un objectif en tête : le glacier de Las Exploradores ! Notre premier glacier. Ni le vent ni même la pluie ne peuvent nous arrêter. Notre guide nous emmène 90 km plus loin jusqu’au point de départ du trekking.

Casse-dalle, crampons, polaire, kaway, gants et coupe-vent : nous sommes parés et prêts à partir pour 6 heures de marche contre vent et marée.

Cette fois ci, nous ne partons pas seuls, deux autres couples se joignent à l’excursion. La compétition est donc de mise. Et oui, Solène n’aime pas se faire doubler ou encore moins attendre les plus lents. On a tous des défauts !

Bref, notre guide s’appelle Coca. Marc lui a donc demandé si son nom de famille était Zéro.. Pétillante comme tout, elle nous amène sur le Glacier avec assurance. Quant à nous, nous en prenons plein la vue, et immortalisons le moment avec toutes ces photos. Une expérience extraordinaire qu’on recommande à tous malgré son prix dissuasif (compter environ 100€/pers). En ce qui nous concerne, ce sera notre cadeau de Noël !

Nous nous couchons avec plein de beaux souvenirs en tête. La Patagonie Chilienne est vraiment à tomber.

Flash anecdote 2 : nous sommes vendredi 23 au soir, veille de Noël, en train d’attendre la seule navette de 17h direction Chile Chico, là où nous avons réservé trois nuits dans un appartement sympa pour les fêtes. Autrement dit, pas question de rater ce bus ! Revenons trois jours en arrière. Il faut se rendre au fond d’une mini supérette pour acheter ces tickets de bus Martin Pescadores, seule compagnie de bus à aller jusqu’à Chile Chico. Aucune pancarte n’indique le nom de la compagnie sur l’enseigne, mais tous les gens du village nous indiquent ce même endroit. La vendeuse nous certifie qu’il y a bien un bus le 23 Décembre à 17h. Il n’empêche que ce jour là, à 17h15, il n’y avait toujours pas de bus. Nous étions seulement quatre à l’attendre, nous et un autre couple d’anglais avec qui nous nous sommes liés d’amitié. Ils nous indiquent avoir vu la navette stationnée plus loin depuis un petit moment. Bon d’accord, pays latin oblige, le chauffeur est certainement en train de faire une pause maté. 17h30, 17h45, 18h00, 18h15… c’en est trop. Marc se rend là où la navette est stationnée depuis des heures et toque dans l’auberge d’en face. Bingo la même dame qui nous avait vendu les tickets ouvre la porte. « Ah bon ? Mais on pensait qu’il n’y avait personne aujourd’hui pour prendre le bus » la blague !! On est quatre à avoir des tickets quand même, c’est un peu gros son histoire. Sûrement qu’elle se cachait tranquillement dans son auberge en pensant qu’on abdiquerait car quatre personnes ne suffisent certainement pas à rentabiliser son A/R en bus. Mais abdiquer une veille de Noel, c’est mal nous connaître ! SuperMarc a encore frappé 🙂

Nous passerons donc comme prévu trois jours dans un super appartement de Chile Chico, vue sur le lac Général Carrera pour fêter Noël, loin de vous. Une grosse pensée pour nos familles qui nous manquent beaucoup et avec qui on aurait aimé être ces derniers jours.

Nous avons toutefois bien respecté la tradition puisqu’au menu nous avions : toasts avocat crevette accompagnés de champagne suivis d’un gratin dauphinois fait maison et d’une buche glacée en dessert, une première pour Solène qui n’a d’yeux que pour la buche au marron de sa mamie… oui je suis d’accord avec vous il manque encore le foie gras, le saumon, les huîtres, les escargots … pitié STOP!

Nous partons maintenant pour le bout du bout du monde en direction d’Ushuaia ! Nous sommes si excités à l’idée d’aller dans la ville la plus australe de la planète d’autant plus que nous y retrouverons Melissa et Pierre, un couple d’amis à nous, qui viennent passer leurs vacances ici. Ils sont mega sportifs et le programme de ces deux prochaines semaines en leur compagnie s’annonce intense : nouvel an à Ushuaia, trekking au Parque Nacional Torres del Paine de 4 jours avec 10h de marche par jour (quoi? ambitieux? nous? nooon), découverte du fameux glacier géant Perito Morino suivi de l’ascension jusqu’au célèbre sommet du Fitz Roy. Cerise sur le gâteau : ils nous ramènent du foie gras de la maman de Marc! youpiiiii

On vous souhaite à tous d’excellentes fêtes de fin d’année et on vous embrasse encore plus fort que d’habitude pour l’occasion,

So & Marc


7 réflexions sur “Majestueuse Patagonie Chilienne

  1. Salut, on a adoré regarder vos photos, c’est sympa de voir le même endroits ou on est passés mais sous d’autres météo et différents angles =)

    Vous en êtes ou la ?
    Nous on est sur la côte pour le nouvel an à Pichilemu, ville de surf =)
    Des bisous, et bonne continuation !

    Aimé par 1 personne

    1. Hey!! Merci pour ce petit message ! On est à Ushuaia là, on part demain matin pour un trekking de 4 jours à Torres del Paine ! Profitez bien de votre voyage et de la Nouvelle Zélande ensuite 🙂
      A bientôt!

      J'aime

  2. J’adore votre escapade en kayak dans les grottes de marbre et les photos sur le glacier.
    Tu es comme ta mère Solène, tu n’as pas une tête à bonnet!!!
    Passez un bon réveillon avec vos amis!
    Je pense à vous et vous souhaite pour 2017:
    la poursuite de ce fabuleux voyage,
    des retrouvailles chaleureuses avec tous vos proches,
    l’emménagement dans un petit nid d’amour et
    des opportunités professionnelles pour tous les deux.
    Gros bisous
    maman

    Aimé par 1 personne

  3. Hello,
    Chouette contact les Petits Franchies! J’étais tombée par hasard sur leur site, pensant tomber sur vous, eux aussi ont eu de quoi s’inspirer pour leur business.
    35 000 vues pour votre vidéo, un grand bravo !!
    J’ai été sous le charme de ces maisonnettes montées sur allumettes, un peu de mal à les imaginer au Chili tant elles ressemblent à celles que l’on peut trouver dans un pays scandinave.
    A se demander s’il n’y a pas eu d’anciens explorateurs venus du grand froid jusqu’au Chili…?
    Qui a dit que je ne posais pas de question normale ? 😉
    Je retiens aussi tous vos timings, tantôt étirés, tantôt serrés que vous savez hyper bien gérer.
    Je suis assez curieuse de savoir comment vous arrivez à communiquer avec la population, apparemment ça fonctionne puisque les bus et auberges se présentent toujours sur votre chemin.
    J’ai vu une certaine similitude entre les grottes de marbre et les glaciers dans les formes et les couleurs, depuis ma petite fenêtre bien sûr…
    Autrement, les photos sont de plus en plus belles. C’est, à chaque fois, un dépaysement garanti.
    Encore merci pour ce beau partage et tout ce travail de synthèse qui ne doit pas être évident.
    Pour 2017, je vous souhaite encore plus d’inspiration, d’émerveillement et de défis !!!
    Et que les sceptiques, les douteux et les craintifs restent au placard 😉
    Bisoussss
    Yrmum89

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s